Inscription du nom de domaine d'un site internet au registre du commerce et des sociétés


Que vous soyez personnes physiques ou morales, depuis le 31 juillet dernier il vous est possible d'inscrire votre nom de domaine auprès du RCS. Quid de l'inanité de cette possibilité qui reste facultative...

Analyse critique de l'inscription d'un nom de domaine auprès du RCS


Le décret n° 2012-928 du 31 juillet 2012 offre la possibilité aux personnes physiques et morales inscrites au Registre du Commerce et des Sociétés, de déclarer le nom de domaine d'un site internet. Cette mention pourra donc désormais apparaitre sur les extraits K-BIS.

Soulignons tout d'abord que la faculté de déclaration concerne le nom de domaine d'un site internet. Il ne suffit donc pas d'avoir réservé un nom de domaine pour pouvoir le déclarer, encore faut-il qu'il corresponde à un site internet actif au jour de la déclaration. Toute fausse déclaration à ce titre sera susceptible de poursuites au visa de l'article L123-5 du Code de commerce, soit un risque de condamnation de 4500 euros d'amende et six mois d'emprisonnement.
L'intérêt de cette mesure est de permettre d'identifier plus facilement le commerçant qui exploite un site internet. Cette mesure peut également constituer une preuve supplémentaire d'usage d'un nom de domaine à date certaine ; preuve qui peut s'avérer très utile notamment dans le cadre d'une action en concurrence déloyale.
Il sera possible dans quelques mois d'analyser l'efficacité et la pertinence de ces dispositions, entrées en vigueur le 1er septembre dernier. Toutefois, certaines limites et questions pratiques sont d'ores et déjà clairement identifiées. L'objectif, certes louable, de faciliter l'identification du commerçant qui exploite un site internet est particulièrement limité par le caractère facultatif de cette formalité d'inscription. Il y a fort à penser que les exploitants de sites internet dont l'identification serait nécessaire, pour ne pas dire indispensable, en ce qu'ils commercialisent par exemple des produits contrefaisants, ne vont pas se précipiter aux greffes des Tribunaux de commerce pour exercer cette faculté de déclaration.
Rappelons à ce titre que la Loi pour la confiance dans l'économie numérique (loi n°2004-575 du 21.06.2004) impose aux éditeurs de service de communication au public en ligne d'apposer des éléments précis d'identification sur leurs sites internet. Bien que ces mentions soient obligatoires et leur omission pénalement sanctionnée, un très grand nombre d'exploitants de sites internet enfreint cette règle.
Cette inscription du nom de domaine d'un site internet au Registre du commerce et des sociétés soulève également de nombreuses questions pratiques : quid de l'actualisation des données du Registre en cas de transfert de nom de domaine ordonné par une juridiction ? Quel nom de domaine choisir lorsque la société exploite plusieurs sites internet? Quid des noms de domaine réservés par une société holding et exploités par les filiales ?
En toute hypothèse, les commerçants qui décident d'exercer cette faculté devront veiller à actualiser les données du Registre du commerce et des sociétés à chaque changement affectant le nom de domaine de leur site internet : non renouvellement, transfert, changement de nom de domaine du site internet
Coyright image : Fotolia.com via eurojuris.fr Source : Eurojuris
Lire la suite


Modal Dialog

This is a modal window. You can do the following things with it:

  • Read: modal windows will probably tell you something important so don't forget to read what they say.
  • Look: a modal window enjoys a certain kind of attention; just look at it and appreciate its presence.
  • Close: click on the button below to close the modal.